À croche-pieds

 

Depuis longtemps un jeune bulgare au classement modeste perturbait de forts opens en jouant comme un ordinateur contre des grands maîtres, c'est à dire en jouant à tempo des variantes tactiques où tout joueur devrait réfléchir longtemps pour choisir le meilleur coup. Ne pouvant prouver sa tricherie, ses victimes boycottaient les tournois où il participait. C'est Maxime DLUGY qui a mis fin à l'histoire en demandant à l'arbitre d'inspecter ses chaussures et chaussettes (se déchaussant par équité), IVANOV lui ayant paru plus concentré sur ses pieds que sur l'échiquier et expliquant que les orteils peuvent suffire à un spécialiste pour communiquer avec une tablette et un fort logiciel.

IVANOV a refusé, perdu par forfait et déclaré le lendemain qu'il arrêtait sa carrière, ayant trop d'ennemis...

Jean-Pierre Boudre




création et hébergement du site par IRT-Conseil